Tag: Real Madrid

La belle saison de Raul

Raul où la renaissance d'un buteur à Schalke 04

Avec son nouveau club Raùl a réalisé une belle saison à titre personnelle bien que Schalke 04 ait traversé une saison quelque peu mouvementée. Retour sur l’étonnante renaissance de l’ex-Madrilène.

Des débuts difficiles

En Allemagne il ne fait pas un temps à mettre un Espagnol dehors. Raùl s’en est vite aperçu lorsqu’il a débarqué à Gelsenkirchen. Un peu dépaysé à son arrivé, celui qui a vécu toute sa vie à Madrid, retrouve vite ses marques et le chemin des filets dès son deuxième match avec ses nouveaux partenaires en match amical contre le Bayern (un but, une passe décisive). Bien qu’ayant un jeu inspiré en début de saison, il manque souvent de réussite dans le dernier geste ou la dernière passe. Il faut attendre la 6ème journée et un match contre Mönchengladbach pour le voir inscrire son premier but en match officiel.

Le héros de Schalke 04

Depuis Octobre 2010, Raùl enchaine les bonnes performances et en est à 22 buts marqués toutes compétitions confondues. Parmi ses meilleurs faits d’armes on notera son triplé en Bundesliga face au Werder lors de la 13ème journée de Bundesliga, le but de la qualification pour la finale de la Coupe d’Allemagne face au Bayern et bien sûr ses deux excellents matchs lors de la double confrontation contre l’Inter. Assurément Raùl a belle et bien sauvé la saison de Schalke 04. Après un début de saison très délicat, les fans du club de Gelsenkirchen étaient loin de s’imaginer que leurs protégés iraient si loin en Ligue des Champions. C’était sans compter sur la force de caractère de Raùl qui prouve qu’à 33 ans, il est loin d’être fini.

le Real Madrid s’est ouvert la voie des 1/2 finales

Emmanuel Adebayor royal avec le Real Madrid

Les buts : Adebayor 4’, 57, Di Maria 72’, C. Ronaldo 87’ pour le Réal Madrid
Résumé du match Real Madrid Tottenham >>

Tottenham se rend au Santiago Bernabeu pour réaliser l’exploit ou essayer de limiter la casse avant le match retour à domicile. Le Réal de Madrid dispute son 1er ¼ de finale depuis 7 ans et ne compte pas s’arrêter à ce stade de la compétition.

Les Spurs limitent la casse

Pour les Londoniens la soirée commence bien mal. Dominés dès l’entame du match ils encaissent un premier but par une tête d’Adebayor (4’). Et comme un malheur n’arrive jamais seul, ils perdent un élément par l’expulsion de Peter Crouch (15’). Dans un match où la nervosité et les mauvais coups règnent l’arbitre, M. Brych, se montre sévère et distribue les cartons. Les Madrilènes dominent largement les débats et Adebayor est à un cheveu du doublé (32’). Cependant lui et ses coéquipiers commencent à être inquiétés par les rushs rapides de Garrett Bale alors que de l’autre côté du terrain c’est plutôt Marcelo qui inquiète les Spurs. La mi-temps se termine à 1-0.

Les Spurs à la casse

C. Ronaldo semble connaître un manque de réussite et sa frappe qui frôle le montant à 49ème minute en est le symbole. Peu après, son coéquipier Adebayor enfonce le clou à la 57ème minute, sur un service de l’excellent Marcelo. A 2-0 les hommes de Mourinho commencent à s’amuser avec le ballon. Arrogance ou libération ? Toujours est-il que leur jeu s’illumine et permet à Adebayor de mettre à contribution le talent de Gomez le portier des Spurs (66’). Talent qui ne servira à rien lorsque Di maria décide de retirer la toile d’araignée dans sa lucarne par un splendide tir croisé de 20 m (72’). Après de multiples bombardements sur la cage de Gomez, C. Ronaldo clos la marque par une reprise de volée (87’).

Les Londoniens, tout de noir vêtus, ont passé une bien triste soirée. Avec ce 4-0 la qualification est devenue mission impossible. Le Réal Madrid se dirige tout droit vers les demi-finales où ils affronteront le vainqueur de la double confrontation entre le Shakhtar Donetsk et le FC Barcelone…

Sneijder, leader dans l’âme

Sneijder rageur face au Barça l'an dernier

Dans ce huitième de finale de Ligue des Champions, remake de la finale 2010, L’Inter doit passer l’obstacle que constitue le Bayern Munich (match retour Bayern – Inter à suivre en direct). Mais pour celà il peut compter sur un Sneijder charismatique. Retour sur l’ascension quasi-rectiligne de ce joueur de talent.

Un talent très précoce
Né à Utrecht le 4 juin 1984, Sneijder grandit dans une famille très portée sur le ballon rond, étant donné que son père a évolué en Eredivisie (D1 Hollandaise). Il est formé à l’école de l’Ajax, la meilleur du pays et se voit proposer un premier contrat pro à 17 ans seulement. Et ce n’est pas un hasard tant le jeune Sneijder impressionne le staff de l’AJAX par sa technique balle au pied. En 2003, à 19 ans, il est déjà un titulaire indiscutable au milieu de terrain de l’AJAX. C’est logiquement qu’il enregistre sa première sélection en équipe nationale des Pays-Bas en Novembre 2003.

Passage difficile à Madrid
Tout comme Robben qu’il croisera dans cette double confrontation face au Bayern, Sneijder est passé par la case Réal Madrid. En effet à l’été 2007 il signe au Réal Madrid pour 26 millions d’euros, après 4 ans de bons et loyaux service à l’AJAX. La saison 2007-2008 est un succès pour lui, d’autant qu’à l’Euro 2008 il brille face à l’Italie et la France. Mais l’aventure des Oranje s’arrête en quart de finale face à la Russie. La blessure qu’il contracte en Août 2008, face à Arsenal en match amical, est un tournant pour sa carrière. En effet il a du mal à s’en remettre et dans un club où tout va très vite, il perd sa place de titulaire avant de devenir indésirable pour Florentino Perez, Monsieur Galactiques, qui n’a d’yeux que pour C. Ronaldo et Kàkà et qui ne compte pas sur Sneijder pour la saison 2009-2010.

La confiance de Mourinho
C’est un mal pour un bien finalement, puisque c’est à l’Inter de Milan, sous les ordres de Mourinho, qu’il va réaliser une très belle saison conclue par un triplé (Ligue des champions, Championnat, Coupe d’Italie) en 2010. De plus Sneijder fait un remarquable Mondial en Afrique du Sud. Avec 5 buts et 4 récompenses comme homme du match, il mène les hollandais en finale mais échoue face à l’Espagne. Sans doute déçu d’être passé à côté d’un Ballon d’Or qu’il aurait mérité, le néerlandais continue toujours d’impressionner cette saison par la propreté de son jeu et son insatiable volonté. La suite du parcours Intériste en Ligue des Champions 2010-2011 dépendra en grande partie de ses prestations. Et il le sait.

il Fenomeno tire sa révérance

Ronaldo à l'inter

Un des plus grand attaquant que les dernières années passées prend sa retraite, Luis Nazàrio de Lima dit Ronaldo ne jouera plus au football.
Celui qui une accélération des plus impressionnante, un coup de reins à laisser ses défenseur sur place a tiré sa révérence.
Ronaldo a commencé sa carrière à 17 à Cruzeiro. Pas évident de faire son trou, mais Ronaldo s’y emploi et quelques 60 matches et 58 buts, l’europe veut croire en ce joyaux. C’est les Pays-Bas et le PSV qui le récupère en 1994. Tout juste deux années plus tard, quelques 57 matches et 55 buts plus tard, le grand FC Barcelone signe le jeune prodige. Il ne restera qu’une seule saison chez les Blaugrana. On se demande comment les dirigeants n’ont pas vu le phénomène. Il marque 47 buts en 49 matchs. Il file à l’inter de Milan. A la fin de cette saison, il soulève son premier ballon d’or. La légende est en route.
Et c’est les blessures qui vont ralentir Ronaldo. Car avec presque 100 matches en série A et pas moins de 59 buts, c’est plus d’un but tous les 2 matchs dans un championnat où les défenses sont réputées.
Mais voilà, les ligaments sont les blessures les plus à craindre chez les footballeurs, et Ronaldo voit son genoux droit se dérobé sur une feinte de frappe.
Il faudra attendre 2002, année durant laquelle il signera au Real Madrid. Après 2 saisons à l’inter presque blanches, il fallait un nouveau défis.
Il est de taille, jouer avec les galactiques, et la bande à Zidane. 177 matches, 104 buts.. suffisant ?
On ne retiendra pas la fin de carrière de Ronaldo qui peine à enchainer les matches, mais plutôt son incroyable vitesse et son sens du but qui en fait un des buteurs les plus efficaces de tous les temps.

petite vidéo:

Le Real pourra compter sur le retour de Kaka

Face a Getafe, le Real Madrid pourra compter sur Kaka

Hier soir, c’était la reprise de la Liga. Si le FC Barcelone a bien repris (2-1 face à Levante), tout comme le FC Séville (1-0 face à Osasuna Pampelune) et FC Valence (2-1 face à l’Espanyol Barcelone), c’est bien le Real Madrid que l’on attend ce soir.
Comme toujours Madrid possède un effectif pléthorique, avec peut être quelques uns des meilleurs joueurs de la planète. Pourtant, on attend plus du Real.
Second à 5 points et un match en retard, les madrilènes n’ont d’autre choix que de gagner ce soir, face à Getafe (ici pour suivre le match Getafe Real Madrid).
Et la nouvelle année commence avec des déclarations d’un José Mourinho très loquace, comme à son habitude.
Il pourra compter sur Benzema en forme en ce moment: « Il est bien. Chacun a ses caractéristiques comme joueur, mais moi je pense que c’est un moment positif pour lui ». Benzema travail, apporte plus de soin et d’efforts à l’entrainement, il en est récompensé. Lui même avoue « Si, à un moment, j’ai moins joué, c’est parce que je ne faisais pas l’effort suffisant pour le mériter. Aujourd’hui, je fais ces efforts et c’est pour ça que je joue »
Outre Benzema, la rentrée signe le grand retour de Kaka. le brésilien blessé pendant près de 6 mois peut tout de même apporter toute sa classe, celle là même qui lui a quand même valu un ballon d’or.
Le portugais ajoute sur le joueur: « Devant Getafe, Kaká ne sera pas titulaire, il peut nous donner quinze ou vingt minutes. C’est un professionnel fantastique, qui a fait un travail incroyable et avec un coach personnel qui a été avec lui et toujours très près de lui. Maintenant qu’il revient c’est le moment de tous les féliciter »
L’intéressé est en effet plus qu’heureux de fouler à nouveau le gazon: “Je suis très heureux . Après une longue période , je suis de retour avec mon équipe pour le match de lundi.”
Un optimisme débordant qu’il ne faut plus que concrétiser sur le terrain.

FC Barcelone – Real Madrid : 5-0

Les buts : Xavi 10’, Pedro18’, Villa 55’, 58’, Jeffren 90+1’ pour le FC Barcelone
Mourinho et ses hommes ont passé une sale soirée. Le Barcelonais ont atomisé le Real 5-0 au Camp Nou, au terme d’un match qu’ils ont parfaitement maîtrisé.

Dès le début du match ce sont les Barcelonais qui prennent les choses en main. Les madrilènes s’évertuent à bien défendre et à surveiller les ballons en profondeurs. Mais ils encaissent quand même un premier but de Xavi 10’. La démonstration continue et on s’aperçoit de plus en plus qu’un monde sépare les deux équipes. Cette impression est confirmée à la 18ème minute quand Pedro porte la marque à 2-0. C. Ronaldo ne parvient pas à faire la différence et se rend coupable d’un geste d’humeur sur Guardiola. Ce n’est qu’à la demi-heure de jeu que les madrilènes se montrent menaçants. Mais en quelques minutes le Barçà reprend son écrasante domination. Cette domination se poursuit en seconde période et les madrilènes passent un sale 1er quart d’heure en concédant beaucoup d’occasions et en encaissant 2 but de Villa (54’, 57’)

Pour le plaisir
4-0, le score est déjà très lourd. Les barcelonais fort de cette large avance font tourner le ballon et régalent les spectateurs. Le match vire à la corrida, des « Olé » descendent des tribunes car les barcelonais font courir les hommes de Mourinho qui ont un mal fou attraper le ballon. Et pire encore ils le perdent face aux pressings des attaquants barcelonais. Xavi, Iniesta et Messi montrent l’étendue de leur maitrise technique et font le spectacle, ce qui a le don d’énerver Xabi Alonso et Khedira. Bojan manque d’inscrire le cinquième par 2 fois.

Une fin de match mouvementée
Le jeune Jeffren se rappellera de cette soirée toute sa vie. Entré à la place de Pedro, il inscrit le 5ème but (90’+1) sur une passe en retrait de Bojan. 5-0 c’est trop pour des madrilènes et Ramos pète les plombs en tentant un attentat sur Messi, en jetant à terre Puyol et en bousculant Xavi, rien que çà. Il sera logiquement expulsé et le match termine en bagarre. Le calme revenu l’arbitre s’empresse de siffler la fin du calvaire des Madrilènes.

Les tops : Xavi, Iniesta et Busquets, par leur maitrise technique, ont rendu fous les milieux de terrain madrilènes, Messi n’a pas marqué mais à été très dangereux adressant 2 passes décisives dans la rencontre. La défense barcelonaise a été intraitable.

Les flops : Les milieux de terrain du Real (Xabi Alonso, Khedira Özil) ont beaucoup couru derrière le ballon et ont été médiocres lorsqu’ils le possédaient. Benzema n’a pratiquement pas existé dans ce match. C. Ronaldo a été le moins mauvais de son équipe, mais a été mauvais quand même. Casillas n’a pas réussi à limiter les dégâts en encaissant 5 buts, mais il n’a pas été aidé par sa défense qui était complètement à la rue.
Pour revoir le match Barça Real dans son intégralité, suivez notre partenaire FCB-Vidéos >>

Le classico Messi – Ronaldo ?

On en oublierait presque les équipes qui jouent ce soir. Non, quand même pas.
Ce soir, le classico tant attendu par tout un peuple, ou deux devrions nous dire. Madrid, la capitale, se déplace chez son rival de toujours, la catalane Barcelone, enclavée en Espagne.
Tout a déjà été dit sur ce classico. L’an dernier, une chaine espagnole a quand même réussi à tenir 24 heures d’antennes sur ce seul sujet.
Et cette année, deux hommes (finalement comme les années précédentes), sont en forme, très en forme, et rêvent de briller pour ce match si important.
Il s’agit bien évidement de Lionel Messi et de Cristiano Ronaldo.
Une petite vidéo pour en savoir plus.. 38 buts buts, que du bonheur !

ed806f206851f563522748bc6ccd54e2fffffffffffffffffffff