Monthly Archives: janvier 2011

Bayern, une saison à sauver

Ribéry blessé, le Bayern se cherche encore

Les Munichois n’ont pas de quoi sourire eux qui pointent toujours à 14 points du leader le Borussia Dortmund. De plus le club baigne dans une ambiance qui reste agitée.
 
 
Une première moitié de saison maudite
 
Grands favoris avant le début du championnat les Bavarrois ont rapidement déchanté. La faute a un début poussif en championnat qui les a vite fait décrocher du wagon de tête. L’absence de Robben et les blessures de Ribéry ont pénalisé le club. D’ailleurs le duo Robben-Ribéry qui a fait la force de l’équipe l’année dernière n’a toujours pas encore été aligné étant donné que Robben a joué son premier match de la saison le 15 janvier en remplaçant Ribéry, blessé sur un tacle de Josué…
 
D’autant que le club n’a pas été épargné par les blessures et les baisses de forme passagères de certains joueurs cadres. Ajouter à cela un manque d’implication de Ribéry, selon les dire de Van Gaal, et vous obtenez une machine grippée et incapable de faire preuve de régularité dans ses résultats. Car bien que les Bavarrois donnent satisfaction en Ligue des Champions en Bundesliga ce n’est pas la même chanson. En effet en championnat l’équipe réalise des prestations de bonnes factures à domicile (7 victoires, 2 nuls, 1 défaites, 25 buts), ce qui n’est pas du tout le cas à l’extérieur (2 victoires, 4 nuls, 3 défaites, 12 buts).
 
 
Sauver les meubles
 
Cependant tout ce petit monde s’accorde sur un point : il faut sauver la saison. Car le Bayern Munich est encore en course pour décrocher un ticket pour la prochaine Ligue des Champions. Et concernant l’édition 2010/2011 de la ligue des Champions, le Bayern est encore en lice mais il faudra passer pas mal de gros obstacles dont l’Inter de Milan en février prochain.
 
 
Van Gaal et ses hommes sont encore présents en coupe d’Allemagne où il ne leurs reste que des adversaires qui semblent à leurs portée, d’autant qu’Hoffenheim, le rival le plus sérieux encore en lice dans la compétition, traverse une saison délicate.
 
 
La saison du Bayern n’est pas encore tout à fait gâchée. Mais dans les prochaines semaines il va falloir gagner en consistance et en régularité car le mois de février s’annonce décisif pour les Bavarrois.
 
 
 

Manchester City, le nouveau Chelsea ?

Roberto Mancini, symbole de la réussite de City

Manchester City, le nouveau Chelsea ?
A Manchester il y avait un monde d’écart entre Manchester United et Manchester City. Mais force est de constater que la donne a changé et que l’écart entre les 2 clubs a beaucoup diminué depuis l’arrivée d’un certain Cheik Mansour. Voyons 2 similitudes avec le club de Chelsea de 2004

Un renfort financier colossal

Depuis 2008, le club semble avoir changé de visage. Et les fans des Citizens qui prônaient l’absence du foot business à Manchester City ne peuvent plus en dire autant. Car avec le nouveau propriétaire, le Cheik Mansour, les millions d’euros pleuvent, depuis juin 2008 et le transfert très coûteux de Robinho (42 millions d’euros). Mais l’argent ne fait pas tout dans le football et le Cheik Mansour qui voulait transformer rapidement le club en « plus grand club du monde » n’a pas réussi à faire signer David Villa, Thierry Henry, Lionel Messi, Fernando Torres, Francesc Fàbregas, Gianluigi Buffon, John Terry, Kaka, Michael Essien, Steven Gerrard, Frank Lampard et Fabio Cannavaro (rien que çà !). En effet, ces joueurs ne semblaient pas intéressés par un club qui n’avait pas encore bâtit une crédibilité ni en Premier League ni à l’échelle continentale.

Un rival de plus en plus sérieux

C’est vrai que l’argent ne fait pas tout dans le football mais avec les moyens financiers de son nouveau propriétaire, Manchester City a recruté moins luxueux mais intelligent, en renforçant son attaque avec l’achat d’Adebayor (29 M d’euros) de Tevez (25 M d’euros) de Balotelli (28 M d’euros et de Dzeko (32 M d’euros) ; en renforçant son milieu en s’offrant les services de David Silva (35 M d’euros), de Yaya Touré (32 M d’euros), de Milner (22 M d’euros) et de Gareth Barry ; en renforçant sa défense avec les achats de Kompany et de Kolo Touré (15 M d’euros).

Et force est de constater que ces joueurs recrutés depuis ces 3 dernières années, forment l’armature d’un rival de plus en plus sérieux, et de plus en plus coriace. Car Manchester City, encadré par l’excellent Mancini, pointe à la seconde place du Championnat en pratiquant un football assez convaincant avec une bonne assise défensive (meilleure défense de Premier League) et une attaque dangereuse emmenée par un Tevez au top (14 buts).

Il n’appartient qu’à Manchester City de confirmer cette montée en puissance observée depuis deux ans. Si confirmation il y a, lors des prochaines saisons, alors on pourra bien dire que Manchester City est le nouveau Chelsea.

2010, la folle année de Tottenham

Tottenham peut se féliciter d'avoir recruté Van der Vaart

Le Tottenham Hotspurs FC, domicilié à White Hart Lane (Nord de Londres), a connu beaucoup de déceptions lors des années 2000. Mais 2010 a été une année bénie pour les hommes d’Harry Redknapp. Retour sur les dates clés de cette année qui restera l’une des plus belles pour ce club.

2010 commence difficilement pour Tottenham. Bien que les Spurs ont la Ligue des Champions en ligne de mire ils subissent la loi de Liverpool à Anfield (2-0). Mais loin de se découragés ils continuent de réaliser des matchs sérieux et réalisent une excellente fin d’hiver 2010 où ils enchainent les victoires.

14 Avril 2010 : 34ème journée de Premier League. C’est le jour du Derby contre l’éternel rival, Arsenal. Les Spurs, 4ème, battent enfin des Gunners (2-1) qu’ils n’avaient pas battus depuis 11 ans. Ils ne progressent pas au classement mais commencent à faire trembler les gros et surtout Liverpool, 7ème, qui voit la Ligue des Champions s’éloigner.

17 Avril 2010 : 3 jours après une victoire historique sur leur voisin d’Arsenal, Tottenham se paie un autre de ses voisins de Londres, Chelsea (2-1), premier du classement à l’époque et futur vainqueur du Championnat. Garrett Bale se montre décisif comme face à Arsenal.

5 Mai 2010 : Match décisif au City of Manchester Stadium. Tottenham et Manchester City doivent rattraper un match de la 29ème journée qu’ils n’avaient pu disputer. Après ce match il ne reste plus qu’une journée à disputer. Tottenham (4ème avec 67 points) joue donc sa place en Ligue des Champions face à Manchester City (5ème 66 points). Tottenham s’impose en fin de match grâce à un but de Peter Crouch à la 82ème et met Manchester City à 4 points ce qui signifie une qualification assurée pour les barrages de la Ligue des Champions.

25 Août 2010 : Match de barrages retour face au Young Boys de Berne. Les Spurs ont limité la casse à l’aller en perdant 3-2 après avoir été menés 3-0. Au match retour les joueurs de Tottenham font un match sérieux, corrigent les Suisses 4-0 et se qualifie pour la Ligue des Champions.

31 Août 2010 : Rafael Van der Vaart débarque à Tottenham et constitue un renfort de poids face à une saison qui s’annonce chargée.

2 Novembre 2010 : Tottenham réalise un bon début de saison en Premier League et joue sa Ligue des Champions à fond. Ce soir-là ils affrontent le tenant du titre de la compétition, l’Inter de Milan, dans une enceinte de White Hart Lane en ébullition. Face aux Intéristes, les Spurs réalisent une grande prestation et l’Europe fait connaissance avec Garrett Bale, auteur d’un match de très haut niveau dans lequel il réalise 2 passes décisives.

24 Novembre 2010 : En battant le Werder de Brême 3-0, Tottenham se qualifie pour les huitèmes de finale de la Ligue des Champions dès la 5ème journée.

7 Décembre 2010 : Tottenham termine premier de la poule A devant l’Inter avec la meilleure attaque de la phase de poule à égalité avec Arsenal (18 buts) !

On ne sait pas comment sera 2011 pour Tottenham, toujours est il que 2010 a vraiment été une superbe année pour les hommes de Harry Redknapp et pour leur fantastique public.

La Juve tombe face à un grand Cavani napolitain

Cavani et Naples heureux de leur victoire

Napoli 3
Juventus 0

Les buts : Cavani 20’, 26’, 54’ pour Napoli
Napoli – Juventus est un duel de haut de tableau en Italie. C’est aussi un duel entre 2 équipes qui ont mal démarré l’année 2011. Car si le Napoli s’est incliné contre l’Inter (3-1), la Juve, elle, s’est carrément fait ridiculisé à domicile face à Parme (1-4).
Bien que le Napoli joue à domicile c’est plutôt les Turinois qui font l’essentiel du jeu et qui se montrent plus dangereux. Au quart d’heure de jeu, les joueurs du Napoli inquiètent sérieusement l’arrière garde de la Juve mais Storari est vigilant devant son but (15’). Toutefois il ne pourra rien sur la tête de Cavani (20’), ni sur la 2ème tête de Cavani à la 26ème minute. Il faut dire que sa défense ne l’aide pas beaucoup dans la première demi-heure du match. Le jeu Napolitain est direct et rapide et exploite bien la largeur du terrain tandis que les Turinois semblent beaucoup miser sur un Krasic fortement bousculé sur son flanc droit. De leurs côtés Amauri et Luca Toni font peine à voir en attaque. Les joueurs de la Juventus, incapables de réagir, terminent la première période du match, nerveux et impuissants.

Les Turinois semblent repartir avec de meilleures intentions en début de seconde période. De Sanctis, auteur déjà d’une magnifique parade à la 23ème minute en réalise une autre sur sa ligne sur une tête de Luca Toni (48’). L’entrée de l’inoxydable Del Piero suscite la crainte des fans Napolitains qui le sifflent mais aussi l’espoir de ses coéquipiers, espoir de courte de durée puisque 2 minutes plus tard Cavani inscrit un 3ème but grâce à sa tête en or sur un centre de Hamsic (54’). Cavani rate le quadruplé en écrasant sa frappe après un festival et un service de Lavezzi (64’). Les Napolitains gèrent leur avance, l’agressivité des milieux de terrain et la rigueur tactique sur les phases défensives suffisent largement à contrarier les Turinois jusqu’à la fin du match.

Résumé du match Napoli Juventus >>

Les tops : Cavani est sans doute l’homme du match grâce à ses 3 buts. De Sanctis a été impérial avec 2 belles parades et des sorties autoritaires. L’excellence tactique des Napolitains qui ont su parfaitement maîtrisé les aspects de la défense à 3.

Les flops : Luca Toni et surtout Amauri n’ont été que l’ombre d’eux-mêmes tout comme Krasic et Pepe sur les ailes. La défense turinoise a souvent paru gênée face aux offensives adverses.

Le Real pourra compter sur le retour de Kaka

Face a Getafe, le Real Madrid pourra compter sur Kaka

Hier soir, c’était la reprise de la Liga. Si le FC Barcelone a bien repris (2-1 face à Levante), tout comme le FC Séville (1-0 face à Osasuna Pampelune) et FC Valence (2-1 face à l’Espanyol Barcelone), c’est bien le Real Madrid que l’on attend ce soir.
Comme toujours Madrid possède un effectif pléthorique, avec peut être quelques uns des meilleurs joueurs de la planète. Pourtant, on attend plus du Real.
Second à 5 points et un match en retard, les madrilènes n’ont d’autre choix que de gagner ce soir, face à Getafe (ici pour suivre le match Getafe Real Madrid).
Et la nouvelle année commence avec des déclarations d’un José Mourinho très loquace, comme à son habitude.
Il pourra compter sur Benzema en forme en ce moment: « Il est bien. Chacun a ses caractéristiques comme joueur, mais moi je pense que c’est un moment positif pour lui ». Benzema travail, apporte plus de soin et d’efforts à l’entrainement, il en est récompensé. Lui même avoue « Si, à un moment, j’ai moins joué, c’est parce que je ne faisais pas l’effort suffisant pour le mériter. Aujourd’hui, je fais ces efforts et c’est pour ça que je joue »
Outre Benzema, la rentrée signe le grand retour de Kaka. le brésilien blessé pendant près de 6 mois peut tout de même apporter toute sa classe, celle là même qui lui a quand même valu un ballon d’or.
Le portugais ajoute sur le joueur: « Devant Getafe, Kaká ne sera pas titulaire, il peut nous donner quinze ou vingt minutes. C’est un professionnel fantastique, qui a fait un travail incroyable et avec un coach personnel qui a été avec lui et toujours très près de lui. Maintenant qu’il revient c’est le moment de tous les féliciter »
L’intéressé est en effet plus qu’heureux de fouler à nouveau le gazon: “Je suis très heureux . Après une longue période , je suis de retour avec mon équipe pour le match de lundi.”
Un optimisme débordant qu’il ne faut plus que concrétiser sur le terrain.

8f7ace31863f04fcad1c22d7c353c20deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee