Category: ligue des champions

Ligue des champions – du lourd en perspective

Qui pour détroner le FC Barcelone en Ligue des Champions ?

La rentrée est bientôt là, le foot reprend ses droits. Tous les supporters du plus populaire des sports sont sur en ébullitions.
Car si le mercato d’été a tenu en haleine les fans de foot qui attendaient avec impatience de connaître le nom du prochain grand attaquant de leur équipe favorite, le nom du joueur de foot le plus cher de la planète, le nom de leur nouvel entraineur, le jeu reprend rapidement ses droits.
Alors que le Calcio n’a pas encore commencé, les plus grands championnats de football sont bel et bien partis. Et quoi attendre de plus que les ligues nationales qui ont commencé ? La ligue des champions bien sûr. La reine de la compétition du football, l’élite des joutes européennes commence elle aussi à son tour.
Si Lyon s’est bien qualifié pour la ligue des champions, tout le monde attend

La victoire totale du FC Barcelone

Encore du grand Messi pour la finale de la ligue des champions

FC Barcelone 3
Manchester United 1

Les buts : Pedro 27’, Messi 54’, Villa 69’ pour FC Barcelone ; Rooney 34’ pour Manchester United
Résumé du match FC Barcelone Manchester United
>>
Technique

Techniquement les Barcelonais ont clairement été supérieurs. La possession de balle (67%-33%) ne ment pas. Les Red devils ont couru derrière le ballon et n’ont pas su être dangereux sauf sur le but de Rooney, hyperréaliste sur le coup (34’). Ce but légèrement entaché d’un hors-jeu de Giggs lors du une-deux qui l’a précédé, a répondu à celui de Pedro à la 27ème. A défaut d’être aussi

Manchester retrouve le Barça en finale

manchester united en finale

Manchester United 4
Schalke 04 1
Les buts : Valencia 26’, Gibson 31’, Anderson 72’, 76’ pour Manchester United ; Jurado 35’ pour Schalke 04
résumé du match Manchester Schalke 04 >>

Les hommes de Ferguson forts de leur belle avance de 2 buts (victoire 0-2 à l’aller) reçoivent avec beaucoup de sérénité les coéquipiers de Raul. Dans l’optique du choc de dimanche contre Chelsea, Alex Ferguson a fait souffler quelques « titulaires ».

Mais peut-on vraiment employer les mots « titulaires » et « remplaçant » tant le groupe Mancunien est homogène. L’absence de Vidic et de Ferdinand ne se fait pas sentir derrière. Tranquillement MU gère le score et Schalke 04 cherche la faille. Valencia de son côté en trouve une : superbement lancé par Gibson, il s’en va tromper la vigilance de Neuer (26’). Ce but ne change rien pour les Allemands, toujours obligés de mettre trois buts pour atteindre Wembley. Par contre l’aggravation du score de Gibson sur une tuile de Neuer semble tuer le match (31’). Cependant, c’est bien connu, les équipes Allemandes n’abandonnent pas facilement. Ainsi, après la réduction du score de Jurado (35’), les bleus de Schalke terminent bien la première période bien que Raùl ne voit pas la lumière du jour face à Smalling et Evans.

Le premier quart d’heure est en faveur des joueurs de Rangnick. Les Red devils jouent le contre et le quatuor Berbatov, Nani, Valencia continue de poser problème en exploitant bien les ballons. Anderson monte en puissance dans cette rencontre et rate de peu le 3-1 à la 55ème. Smalling croit faire le break mais est signalé hors-jeu (71’). En quatre minutes Anderson tue définitivement le match. Tout d’abord en concluant une action confuse (72’) et ensuite en faisant honneur au caviar que Berbatov lui offre à la 76ème. Hors du coup, les Allemands de Schalke veulent quand même sauver l’honneur dans le dernier quart d’heure et croient y arriver à la 82ème. Mais le but du Brésilien Edu est refusé pour cause de hors-jeu. Plus rien ne sera marquer en fin de match vu le sérieux et l’application qu’affichent les Red devils en défense.

La finale du 28 mai opposera bien Manchester United et Barcelone comme il y a 2 ans. On s’y attendait un peu tant ces 2 équipes ont remarquablement négociées leurs demi-finales aller.

le Real Madrid s’est ouvert la voie des 1/2 finales

Emmanuel Adebayor royal avec le Real Madrid

Les buts : Adebayor 4’, 57, Di Maria 72’, C. Ronaldo 87’ pour le Réal Madrid
Résumé du match Real Madrid Tottenham >>

Tottenham se rend au Santiago Bernabeu pour réaliser l’exploit ou essayer de limiter la casse avant le match retour à domicile. Le Réal de Madrid dispute son 1er ¼ de finale depuis 7 ans et ne compte pas s’arrêter à ce stade de la compétition.

Les Spurs limitent la casse

Pour les Londoniens la soirée commence bien mal. Dominés dès l’entame du match ils encaissent un premier but par une tête d’Adebayor (4’). Et comme un malheur n’arrive jamais seul, ils perdent un élément par l’expulsion de Peter Crouch (15’). Dans un match où la nervosité et les mauvais coups règnent l’arbitre, M. Brych, se montre sévère et distribue les cartons. Les Madrilènes dominent largement les débats et Adebayor est à un cheveu du doublé (32’). Cependant lui et ses coéquipiers commencent à être inquiétés par les rushs rapides de Garrett Bale alors que de l’autre côté du terrain c’est plutôt Marcelo qui inquiète les Spurs. La mi-temps se termine à 1-0.

Les Spurs à la casse

C. Ronaldo semble connaître un manque de réussite et sa frappe qui frôle le montant à 49ème minute en est le symbole. Peu après, son coéquipier Adebayor enfonce le clou à la 57ème minute, sur un service de l’excellent Marcelo. A 2-0 les hommes de Mourinho commencent à s’amuser avec le ballon. Arrogance ou libération ? Toujours est-il que leur jeu s’illumine et permet à Adebayor de mettre à contribution le talent de Gomez le portier des Spurs (66’). Talent qui ne servira à rien lorsque Di maria décide de retirer la toile d’araignée dans sa lucarne par un splendide tir croisé de 20 m (72’). Après de multiples bombardements sur la cage de Gomez, C. Ronaldo clos la marque par une reprise de volée (87’).

Les Londoniens, tout de noir vêtus, ont passé une bien triste soirée. Avec ce 4-0 la qualification est devenue mission impossible. Le Réal Madrid se dirige tout droit vers les demi-finales où ils affronteront le vainqueur de la double confrontation entre le Shakhtar Donetsk et le FC Barcelone…

Sneijder, leader dans l’âme

Sneijder rageur face au Barça l'an dernier

Dans ce huitième de finale de Ligue des Champions, remake de la finale 2010, L’Inter doit passer l’obstacle que constitue le Bayern Munich (match retour Bayern – Inter à suivre en direct). Mais pour celà il peut compter sur un Sneijder charismatique. Retour sur l’ascension quasi-rectiligne de ce joueur de talent.

Un talent très précoce
Né à Utrecht le 4 juin 1984, Sneijder grandit dans une famille très portée sur le ballon rond, étant donné que son père a évolué en Eredivisie (D1 Hollandaise). Il est formé à l’école de l’Ajax, la meilleur du pays et se voit proposer un premier contrat pro à 17 ans seulement. Et ce n’est pas un hasard tant le jeune Sneijder impressionne le staff de l’AJAX par sa technique balle au pied. En 2003, à 19 ans, il est déjà un titulaire indiscutable au milieu de terrain de l’AJAX. C’est logiquement qu’il enregistre sa première sélection en équipe nationale des Pays-Bas en Novembre 2003.

Passage difficile à Madrid
Tout comme Robben qu’il croisera dans cette double confrontation face au Bayern, Sneijder est passé par la case Réal Madrid. En effet à l’été 2007 il signe au Réal Madrid pour 26 millions d’euros, après 4 ans de bons et loyaux service à l’AJAX. La saison 2007-2008 est un succès pour lui, d’autant qu’à l’Euro 2008 il brille face à l’Italie et la France. Mais l’aventure des Oranje s’arrête en quart de finale face à la Russie. La blessure qu’il contracte en Août 2008, face à Arsenal en match amical, est un tournant pour sa carrière. En effet il a du mal à s’en remettre et dans un club où tout va très vite, il perd sa place de titulaire avant de devenir indésirable pour Florentino Perez, Monsieur Galactiques, qui n’a d’yeux que pour C. Ronaldo et Kàkà et qui ne compte pas sur Sneijder pour la saison 2009-2010.

La confiance de Mourinho
C’est un mal pour un bien finalement, puisque c’est à l’Inter de Milan, sous les ordres de Mourinho, qu’il va réaliser une très belle saison conclue par un triplé (Ligue des champions, Championnat, Coupe d’Italie) en 2010. De plus Sneijder fait un remarquable Mondial en Afrique du Sud. Avec 5 buts et 4 récompenses comme homme du match, il mène les hollandais en finale mais échoue face à l’Espagne. Sans doute déçu d’être passé à côté d’un Ballon d’Or qu’il aurait mérité, le néerlandais continue toujours d’impressionner cette saison par la propreté de son jeu et son insatiable volonté. La suite du parcours Intériste en Ligue des Champions 2010-2011 dépendra en grande partie de ses prestations. Et il le sait.

Arsenal 2 – 1 Barcelone

Nasri, joueur indispensable à Arsenal

Hier soir, Arsenal recevait Barcelone pour le compte des 1/8 de finales aller de la ligue des champions. Assurément l’un des plus gros choc de cette phase de la compétition. En 3 rencontres, Arsenal n’avait jamais gagné contre l’ogre catalan. Et cette année encore, la mission allait être des plus difficiles tant l’équipe de Guardiola maitrise son football. (résumé Arsenal – Barcelone )

Un début de match à sens unique
Le FC barcelone est entré sur le terrain comme à son habitude, avec l’envie de monopoliser le ballon. Et c’est comme cela qu’ils ont débuter ce match.
Impressionnant de facilités le jeu a été si fluide que compter les passes à une touche de balle s’avérait être impossible dans le jeu allait vite.
Asphixié, Arsenal a pourtant une occasion, certes difficile, mais qui aurait pu libérer les gunners. Malheureusement pour les londoniens Van Persie ne pouvait marquer. Nous ne parlerons pas du duo Xavi – Iniesta qui a été incroyable au milieu de terrain.

Un peu trop gourmand

A force de facilité, on se demande si les joueurs du barca n’en font pas trop. Messi en est l’exemple parfait. Positionné au milieu de terrain, le lutin argentin est un véritable poison pour l’équipe adverse. Sa facilité à dribbler, et son accélération aurait pu couter cher, très cher à la bande à Wenger. Que cela soit en pointe avec ses appels ou un peu plus bas pour amener le surnombre au milieu laissant place libre à Villa et même Pedro, l’argentin sait tout faire, et il le fait bien. Mais voilà, Messi est gourmand, trop sans doute. Il a plusieurs fois complètement oublier ses partenaires préférant un raide solo plutôt qu’une passe bien délivrée. Il s’est même laissé tenter par un petit lob, alors qu’un petit tir enroulé ou tout autre frappe aurait été meilleur choix.
C’est quand même sur une superbe passe de l’argentin que Villa ouvrait le score.

A la force mentale, le talent
Difficile pour les londoniens, de voir ce jeu si brillant, de courir après le score. Fabregas en est l’exemple parfait qui semblait être décontenancé par la facilité de son club formateur.
Mais voilà, la garde londonienne n’a rien lâché. A l’image de Djourou. Ce défenseur suisse s’est illustré à de nombreuses reprises et avec ce match (sans doute référence pour lui) commence à se faire un nom ! Et que dire de Manuel Eboué , milieu défensif qui a été impérial et a annihilé nombre d’actions adverses.
Et sans doute le joueur le plus technique du terrain: Samir Nasri. Ce genre de match nous donne tous envie de le revoir jouer pour la France car ce petit minot a un talent fou.
Profitant de 2 contres, les londoniens ont réussi à marque deux fois ! Van Persi, puis Arshavin superbement lancé par Nasri.
2 – 1. Le match retour risque d’être à la fois difficile et passionnant !

Lyon a du mal

Lisandro n'aura pas pu gagner hier soir

Lisandro n'aura pas pu gagner hier soir


Hier soir, le groupe B était encore indécis. Qui de Schalke 04 et de l’Olympique lyonnais allait sortir premier de ce groupe et s’éviter ainsi une grosse cylindrée pour les 1/8 de finale?

C’était donc l’objectif premier pour l’OL: battre Tel Aviv (résumé match OL Tel Aviv), et espérer que Schalke ne gagne pas en terre portugaise.
Le fait est que les allemands se sont défaits des lisboettes 2 buts à 1. Aussi, le destin de Lyon était scellé.
Mais quoi de mieux pour la confiance que de gagner. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette victoire était à la portée des hommes de Claude Puel. les joueurs lyonnais commençaient tambour battant ce match, et dominait outrageusement la rencontre. Oui mais voilà, dominé n’est pas gagné. Aussi, à la m-temps, un pauvre 0-0.
C’est en seconde période que les buts allaient arriver. Tout d’abord l’inévitable Lisandro Lopez qui allait ouvrir le score. Heureusement pour les lyonnais qu’il peuvent compter sur ce joueur qui est décidément partout sur le terrain. C’est lui le meilleur milieu de Lyon, mais aussi le meilleur finisseur. Car si la France se déchaine sur Brandao à Marseille, Jimmy Brillant n’est pas vraiment à la hauteur des espérances. Bref, Lopez ouvre la marque.
Mais comme pour stigmatiser la faiblesse de cette équipe, l’Hapoel égalise dans la minute qui suit, puis prends l’avantage par un superbe but: une bicyclette qui restera sans doute la plus belle réalisation de cette ligue des champions.
Il faudra attendre la 88′ pour que l’Olympique lyonnais puisse égaliser par l’intermédiaire du jeune Lacazette.
Inquiétant ce match nul ? Non. Selon Claude Puel, l’OL ne crainds personne en 1/8 de finale. « Vous savez, la saison dernière, on avait fini deuxième, ce qui nous avait valu de tomber sur le Real, avec un match retour à Madrid, alors que la finale de la Ligue des Champions était programmée à Bernabeu. Donc, on est vaccinés… »
Espérons que pour les Lyonnais, leur entraineur voit juste.

Olympique Lyonnais – Benfica Lisbonne

Lyon gagne contre Lisbonne grace à un excellent Michel Bastos

Lyon gagne contre Lisbonne grace à un excellent Michel Bastos

Et de 3. Trois victoires en trois matchs. Carton plein pour les lyonnais. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que depuis longtemps maintenant les joueurs de Claude Puel n’avaient pas aussi bien joué. Retour sur le match Olympique Lyonnais Benfica Lisbonne

Hier, soir, match en direct à Gerland. Les lyonnais sont concentrés sur leur rencontre. L’entame de match est presque poussive. Le milieu lisboette semble plus à l’aise. Pourtant, les gones sont regroupés et font un travail défensif exceptionnel. On retiendra au milieu l’énorme travail de Pjanic et Gourcuff qui récupère un nombre de ballon important, et gênent bien les portugais dans leur relance.
Cette équipe résolument offensive avec quand même Gourcuff, Pjanic, Bastos, Briand et Lisandro ne tarde pas à montrer l’étendu de leur talent.
Ce sont les lyonnais qui vont ouvrir les hostilités par l’intermédiaire de Michel Bastos dont le tir finit sur le poteau dès la 20eme min. Une minute plus tard, récidive du brésilien dans la surface, et adresse un magnifique centre pour Jimmy Briand qui ouvre le score d’une tête piquée. L’OL va gérer cette fin de période, voyant même l’expulsion de Gaitan pour deux cartons jaunes. 1-0, 11 contre 10, l’avantage numérique est certain.
Ensuite, le septuple champion de France va dérouler son jeu et montrer au public, l’étendu de son talent, tranquillement.
Quelques erreurs de finition, si rare pour Lisandro Lopez, va rater par deux fois le but, pourtant facile. Mais c’est sans compter sa pugnacité qu’il inscrira le but du 2-0 sur un centre de Briand. Le reste est une balade pour les gones, qui ne feront que gérer.
Certes réduits à 10 rapidement, les portugais ne montreront pas grand chose au cours de ce match, le retour de Cardozo est attendu du côté de la capitale portugaise.
Une mention particulière à Michel Bastos hier soir, énorme dans tous les secteurs du jeu. Rapide, incisive dans ses dribbles, des centres parfaits, une envie énorme, il a pour ainsi dire réussi tout ce qu’il a entrepris, et ce en tout juste une heure de jeu.
Ovationné par le public lors de son remplacement, il peut se féliciter d’avoir réaliser son meilleur match de la saison, et ce, sans marquer, un comble !

Olympique de Marseille – Zilina

Remy, l'arme offensive de l'OMCe soir, les Marseillais ont un match capital pour leur avenir en Ligue des champions (et même en Europa ligue..). Ce soir, c’est Marseille Zilina en direct que tous les marseillais suivront au vélodrome. Il y aura bien un Real Madrid – AC Milan à suivre, mais non, ce sont vers les ciels et blancs que tous les supporters français auront un œil.

Avec Deux défaites en deux matchs, l’OM n’a pas hypothéqué ses chances de qualification, mais les a rendu bien plus dures. La mauvaise affaire étant leur premier match face, et donc première défaite dans le match d’ouverture qui les opposait aux russes du Spartak.
Aussi, les marseillais n’ont plus le choix, gagner !
Car comme le dit Didier Deschamp :« L’équation est simple pour nous. Si on veut garder espoir de se qualifier pour les 8es, ça passe par une victoire demain et là-bas chez eux, avant d’aller à Moscou qui pourrait être une finale pour nous. C’est sûr que je préfère que Chelsea prenne six points, mais de toute façon, l’équation reste la même pour nous. » Ne pas miser sur le résultats de l’autre match mais surtout sur ses performances.
On peut se demander comment l’OM ce soir peut rater son match face à cette modeste équipe slovaque. On retrouve une cohésion dans le bloc marseillais.
Les joueurs plus impliqués commencent petit à petit à faire vivre cette équipe.

l’homme à surveiller: Loïc Rémy, et oui, l’on ne surprendra personne. Mais c’est vrai que l’international tricolore apporte vraiment beaucoup sur son côté droit. On l’a vu lors de ses deux sorties avec la sélections, mais aussi avec le dernier match contre Nancy. Et son association avec André-Pierre Gignac (pourtant pas vraiment à l’aise dans cette équipe) commence vraiment à bien prendre. Pourtant, on apprenait hier matin: « Il a un souci au pied. La douleur est apparue le lendemain du match contre Nancy. Il faut vérifier. Ce n’est rien de méchant, mais on verra demain matin avec le staff médical, s’il a encore une gêne » a déclaré l’entraîneur phocéen.
Si Brandao a était annoncé comme titulaire (ainsi que MBia), on se demande qui fera les frais du retour de l’attaquant brésilien.

FC Valence – Manchester United : Analyse d’avant-match

Manchester United vainqueuren Espagne ?Le FC Valence accueille Manchester United au Mestalla pour le compte de la 2 ème journée de Ligue des Champions. Ce match est important pour Manchester United qui ne s’est pas imposé lors de son premier match (0-0) contre Glasgow Rangers.

FC Valence : Leader de Liga le solide FC Valence n’a pas encore perdu le moindre match depuis le début de saison, toutes compétitions confondues. Les départs de David Villa et de David Silva n’ont pas gêné cette équipe qui a une bonne attaque et une solide défense. Les valenciens ont gagné leur précédent match de Ligue des Champions 0-4 sur le terrain de Bursaspor.
Manchester United : Le match nul à Bolton (2-2) n’a pas satisfait les mancuniens et apporte encore une preuve de la fragilité de la défense surtout à l’extérieur. Au niveau attaque il n’y a pas de souci, bien au contraire. Cependant Alex Ferguson devra se passer de Rooney, de Giggs et de Valencia. Par contre Carrick et Rio Ferdinand seront de retour. Le duo Vidic-Ferdinand sera aligné pour la première fois de la saison.
On risque d’avoir un match fermé. En effet le FC Valence est réputé pour ne pas encaisser beaucoup de buts et les mancuniens qui sont conscient de leur fragilité en défense ne voudront pas trop se livrer.

Pronostic : Match nul (- 2.5 buts)
Suivez Valence Manchester United en direct >>

de177807fdaa426638901e41e10b899aWWWWWWWWW