Category: Football français en direct

Encore une victoire.. étriquée

Super match de Evra, malgré une fin mitigée

Pologne 0
France 1

Les buts : Jolodwiec c.s.c (12’) pour la France
résumé du match Pologne France >>

Le dernier test des Bleus pour la saison 2010-11 se déroulait en Pologne, dans un stade Legia de Varsovie qui a quasiment fait le plein. Bien que la prestation tricolore n’ait pas été parfaite les Bleus ont montré une certaine sérénité mais aussi des difficultés devant.

Laurent Blanc a voulu voir ce que donnait un 4-1-4-1 sur le terrain. Et force est de constater que ce dispositif avec Diarra en sentinelle et Valbuena-Martin-Cabaye et N’Zogbia en milieux avancés a donné du fil à retordre au milieu polonais. L’audace de Martin s’est étiolée au fil de la rencontre. N’Zogbia a marqué des point en faisant un match sérieux et en étant le responsable du seul but de la rencontre. Son tir puissant a été détourné par Jolodwiec (12’). Côté Polonais, les jeunes du Borussia Dortmund Lewandowski

Le Rocher est tombé à l’eau

Stéphane Ruffier amer de cette descente en Ligue 2

La fin d’une lente agonie

L’AS Monaco en Ligue 2 ! Pas possible ! Et pourtant si, car il ne suffit pas d’être un grand nom du football français sur le papier pour rester en Ligue 1. C’est chaque semaine qu’il faut faire valoir son statut. La défaite de Monaco est une surprise sans en être une, car depuis le début de la saison l’ASM filait déjà un mauvais coton. En début Novembre, le club de la principauté enregistrait 1 victoire en 11 matchs de championnat.

En fait çà ne fait pas 7 mois que l’AS Monaco a commencé à perdre des

Le temps des excuses

Laurent Blanc s'excuse... un moindre mal

On ne peut pas dire que Laurent Blanc coule des jours heureux depuis la révélation de cette fameuse discussion qu’il a eue avec François Blaquart et Eric Mombaerts sur la possibilité de l’instauration de quotas dans les centres de formation. Heureusement pour lui les choses semblent s’arranger, du moins administrativement. Laurent Blanc s’excuse.

On ne peut pas dire que Taïwo fasse le fier après avoir prononcer au micro une phrase très crue à l’encontre du PSG en plein Stade de France. Prononcés dans un micro, les mots ont résonné dans l’enceinte et sont venus aux oreilles des 80 000 spectateurs et aussi à celles des membres du Conseil national de l’Ethique qui l’ont sanctionné de 20 000 euros d’amende et d’un match de suspension. Taïwo s’excuse

On ne peut pas dire que Sergi Busquets fasse le fier non plus, rattrapé qu’il est par des propos injurieux et racistes prononcés à l’encontre du Brésilien Marcelo le 27 avril lors du match Aller de la demi finale de la Ligue des Champions. L’UEFA compte bien mener une enquête et souhaite voir la preuve vidéo collectée par le staff du Réal Madrid. Sergi Busquets s’excusera.

La technologie a une bonne vue, une bonne oreille et une bonne mémoire. Une vidéo, un enregistrement, et les mots reviennent brutalement, aux bons souvenirs de ceux qui les ont prononcés. Vient le temps des « j’accuse » puis le temps des excuses. Vient le temps de la sentence après celui de la repentance. Excuses sincères ou question d’image ?

Lyon prend le dessus sur Marseille

Très opportuniste Cris donne l'avantage aux lyonnais

Les buts : Lisandro 25’, Delgado 69’, Cris 84’ pour l’Olympique Lyonnais ; Lucho Gonzalez 70’, Rémy 78’ pour l’Olympique de Marseille.
Résumé du match Lyon Marseille

La fin de la saison est proche, donc l’enjeu est important pour ses 2 équipes de haut de tableau. C’est pourquoi la tension se lit sur les visages des joueurs à l’entame de l’affrontement. Après quelques assauts des Gones, les Marseillais inscrivent un but… refusé pour cause de main… imaginaire (12’). Toujours est-il que les acteurs font honneur à cette affiche et se jettent à corps perdus dans la bataille. Pjanic rate de peu le cadre face à un Mandanda archi-battu (16’). Ce n’est que partie remise. Premier fait d’arme, Lisandro victime d’un contact irrégulier dans la surface se venge et crucifie le portier Marseillais (25’). Un but refusé suivi d’un but encaissé, les Marseillais semblent maudits. A croire que les dieux de l’Olympique ont choisi leurs camps. Le lutin Valbuena envoie un boulet de canon, mais Lloris réalise une parade épique (35’) suivie d’une autre toute aussi salvatrice, devant Ayew (42’), lors des derniers instants mouvementés de cette première période.

Comme le dernier quart d’heure de la première mi-temps, le premier quart d’heure de la seconde est Marseillais. Taïwo profite de cette domination pour sortir de sa cuisse de gladiateur une frappe puissante à bout portant mais Lloris couvre bien l’angle (55’). Occupant un rôle ingrat sur le front de l’attaque Rhodanienne, Gomis laisse sa place à Briand à la 64ème minute. Quelques instants plus tard, César surchauffe l’arène après un malicieux enchainement double crochets-frappe, qui ridiculise Fanni et laisse impuissant Mandanda. Lucho refroidit immédiatement l’ambiance en réduisant le score (69’). Après une divine parade de Lloris (78’), c’est Rémy qui est récompensé de son excellent match en égalisant de manière opportuniste sur le corner suivant (78’). Mais peu de temps après, Cris redonne définitivement l’avantage aux siens (84’).

Cette victoire est capitale pour les Lyonnais. Ils reviennent à 3 longueurs de leurs adversaires du soir au classement. A eux de bien négocier les 4 derniers matchs, tout comme les Lillois qui, avec cette défaite de l’OM, commencent à apercevoir les contours du Graal…

Qui sera champion de France ?

Gignac ou le symbole d'une efficacité retrouvé à l'OM

Il faut l’avouer, si notre championnat de Ligue 1 ne fait pas rêver, le printemps apporte son lot de surprises et de suspens. Comme l’an passé, ce championnat termine sa course au galop et bien peu évident de pronostiquer la fin.
Alors, du foot, du foot et encore du foot pour cette fin de saison !

On ne reconnait plus certaines équipes

Commençons par le LOSC. On pensait tous que l’épisode de Monaco où les Lillois ont chuté (1-0 dans le cadre de la 30ème journée) n’était qu’un incident de parcours. On pensait tous que l’épisode Rami, n’était q’un coup de sang, sans bien grande importance (A la suite du match le joueur avait déclaré avant de revenir sur ses mots: « Certains ne font pas les efforts. Ce soir, on n’a pas joué avec le coeur. Il va falloir crever l’abcès. Aujourd’hui, il y a des choses qui n’ont pas été réglo de la part de certains joueurs. Ça commence vraiment à me casser les couilles »), il semblerait que les conséquences soient plus profondes qu’il n’y paraissait alors. Rami s’imagine t-il déjà en Espagne ? Hasard qui avait été si bon ne sert que de joker, et pas le meilleur. La pression semble trop forte et un nouvel échec ce week-end contre Bordeaux (match nul 1-1) n’arrange pas les affaires des Lillois.
Autre équipe à caler, Lyon. L’Olympique Lyonnais connait pourtant la pression. Même si l’on peut se demander si c’est la différence de niveau ou justement cette pression qui a chaque année fait déjouer les lyonnais dans ses derniers matches de ligue des champions. Bref, l’OL hier contre Paris a bien mal joué. Gourcuff complètement absent, Lisandro un peu plus emprunté, voilà qui n’en fallait pas plus pour une équipe de Paris bien regroupé, mené par un excellent Makélé pour prendre l’avantage et revenir à un tout petit point de leur adversaire du soir.
La ligue des champions n’est plus très loin pour le PSG, et cette fin de saison reste des plus passionnantes pour les supporters de la capitale.

Après Paris, c’est bien Marseille qui ravit ses supporters en cette fin de championnat. Revenus à tout juste 1 point des Lillois, au classement Ligue 1, l’OM déroule. Alors oui, la manière n’y est toujours pas. Du moins pendant tout un match. Car menés à Montpellier, les marseillais n’ont pas abdiqués et sont revenus puis ont marqué ce petit but d’avance qui apporte 3 points. On retiendra surtout du côté de l’OM un Cheyrou des grands soirs, et Gignac qui semble retrouver de sa confiance, encore une fois buteur hier après midi.
Alors, on imagine mal l’OM rater la Ligue des Champions, mais qui de Lille, Paris ou Lyon les accompagnera ?

France Croatie, un bon match nul ?

Tout le stade n'aura pas sifflé Ribéry

France-Croatie ou le duel Blanc-Bilic, comme s’ils s’étaient donnés rendez-vous dans 12 ans et demi même lieu, même heure. On se rappelle de l’altercation qui avait conduit à une expulsion de Laurent Blanc après un scandaleux simulacre de Bilic. C’est l’occasion pour les deux hommes de se mesurer sur le banc et aussi pour les Bleus de mettre leurs tenues de marins qui leur sert de maillot Away.

Les Croates sont réputés comme fins techniciens pourtant ce sont bien les Français qui dominent et semblent plus à l’aise balle aux pieds. Rôdant très souvent aux alentours des buts de Runje, les hommes de Laurent Blanc sont menés par un trio Diarra-Menez-Nasri assez actif. Le premier distribue le jeu de manière fort astucieuse tandis que les 2 autres font parler leurs techniques et mettent en difficulté les récupérateurs et l’arrière garde Croates. Benzema semble sur la continuité de son match au Luxembourg, c’est-à-dire aussi maladroit. Son loupé à la 37ème minute sur un centre en retrait de Menez confirme la donne. Les Croates, par Perisic, loupent aussi l’ouverture du score sur une de leurs rares opportunité (42’), tant la prestation de l’arrière garde tricolore est bonne.

La domination française est un poil moins évidente en seconde période et les milieux de terrain Croates (Modric-Vukojevic-Simunic-Kranjcar) se montrent plus, avant que Rakitic ne fasse passer quelques frissons dans les travées du Stade de France. On peut presque regretter la sortie de Menez à la 60ème tant son jeu a été satisfaisant. Son remplaçant, Ribéry, ne ménage pas ses efforts tant il a de choses à se faire pardonner…Rentré en même temps que Ribéry, Rémy rate son face à face devant l’expérimenté Pletikosa qui bloque le dribble du Marseillais (86’). Mais la plus belle occasion est à mettre à l’actif d’Adil Rami qui touche le montant après une belle percée (67’). Très (trop ?) en confiance il rejoue à l’attaquant et est refroidit par une chute douloureuse à la 87ème qui l’oblige à quitter le terrain. Finalement, la seule victoire aura été celle de Gourcuff sur Ribéry au « broncamètre ».

0-0 donc et Laurent Blanc n’est pas pleinement satisfait car cette équipe de France est encore en chantier. Bien que la défense soit au point, les milieux de terrain semblent quelque peu inconstants et la finition, devant, est clairement à revoir…

Marseille écarte Paris lors du classico

André Ayew, l'homme fort de Marseille

C’était un match attendu. Un OM PSG, c’est toujours un match attendu. Mais cette année, les deux équipes sont en course pour le titre de champion de france de ligue 1. Aussi, la faute hier soir n’était pas envisageable pour l’une ou l’autre équipe.
Et c’est bien Marseille qui a gagné ce match: 2 – 1 (buts de Heinze et Ayew / Chantôme)
Revivre les temps forts du match OM PSG >>

Un OM conquérant
Dès l’entame de match, nous avons vu hier, un Olympique de Marseille rentrer sur son terrain en conquérant. et c’est sans surprise que la première action dangereuse est à mettre au profit de l’OM. Une belle combinaison et un tir pas cadré pour Cheyrou. Si les marseillais dominent, ils n’arrivent pas à marquer ce but qui les délivrerait. Mais une faute, plein axe, donne la possibilité à Heinze, tireur d’un soir, de marquer ce premier but. Le mur trop décalé, l’occasion est trop belle: 1-0 pour les phocéens. Dès lors, les hommes de Didier Deschamp déroulent leur football. Un jeu de passe rapide ne donne pas vraiment de chance à Paris. Les actions de Gignac et Remy pourtant très franches ne permettront pas à leur équipe de prendre le large.

Paris qui résiste
La grande force est parisiens est leur vitesse de jeu et cette faculté de se projeter vers l’avant et vers le but adverse. Laisser un peu de champ ou PSG n’était pas vraiment dans les plans de Deschamp. Oui mais voilà, une contre attaque bien placée, un cafouillage dans la défense et Paris égalise.
Le PSG revenu dans le match, ce dernier tend à s’équilibrer, même si l’OM garde une maitrise certaine du ballon.

Marseille en leader
Le match nul n’est pas envisageable pour l’OM qui continue de pousser, et de proposer ainsi une domination. Gignac ce soir ne sera pas buteur. Mais excentré sur le côté droit (beaucoup de permutation entre les joueurs sur la pelouse), il distille un centre parfait, et c’est ce diable d’Ayew qui marque de la tête. Ce joueur prend une importance capitale depuis maintenant le début de l’année.

Dès lors et malgré quelques frayeurs, l’OM contient les attaques franciliennes, et arrive à garder ce score.
Une victoire sur son éternel rival, et la seconde place du podium acquise. Marseille est second à 4 points de Lille, Paris est 5eme à 10 points.
Rien n’est perdu, et le sprint final reste des plus passionnant.

Marseille, pour se succéder

Ayew, pièce essentielle de l'OM ?

Après Lille, passons au champion de la Ligue 1 en titre: l’Olympique de Marseille. Comme toujours cette équipe déchaine les passions, à commencer par leur entraineur. Il faut l’avouer, beaucoup de marseillais regrettent Erik Geretz et n’aime pas Didier Deschamp. Mais force est de constater que l’équipe de l’Olympique de Marseille est bien là dans la course au titre.

L’efficacité avant tout
Pour voire du jeu, du beau jeu, c’est sûr, il ne faut pas aller au vélodrome. Marseille ne produit pas vraiment de joli football. On se demande même comment il peut y avoir encore autant de monde au stade tellement le jeu procuré par l’équipe ne fait pas vraiment envie. Mais voilà, les résultats sont là. A seulement 1 point de la première place (Lille et Rennes étant ex æquo), Marseille peut garder toutes ses chance de croire en un nouveau titre cette année. Comme nous l’avons vu, Lille semble lever le pied, et l’on connait les fins de championnat tonitruantes que les joueurs de l’OM sont capables de réaliser.
Aussi, gagner sans procurer du beau jeu, qui va finalement s’en plaindre ?

Une défense à tout épreuve
La clé de Deschamp est sans doute là. Son équipe ne prend peu de buts et est capable de tenir tête aux plus grosses équipes. L’exemple récent de Manchester à Marseille en est un exemple flagrant. Si Manchester n’a pas gagné, c’est aussi et surtout parceque la défense marseillaise a tenu bon. La charnière Diawarra – M’Bia est d’une justesse rare, et le pouvoir athlétique des deux défenseurs ont de quoi effrayer bons nombres d’attaquants. Il faut aussi souligner l’arrivée de Fanny, qui dans un poste d’arrière droit est excellent apportant même beaucoup plus en attaque que son homologue du coté gauche.
Il ne manque plus qu’à l’Olympique de Marseille, une attaque retrouvée. Il ne lui manque plus qu’un Valbuena en forme, qu’André Ayew continue sur sa lancée, que Gignac enchaine les buts (comme il avait commencé à le refaire avant de se blesser). bref, le trio Valbuena Ayew Gignac en support Lucho, cette équipe pourrait faire si mal s’ils arrivaient à jouer ensemble. ..

Lille jusqu’au bout de la Ligue 1 ?

Moussa Sow, l'artilleur numéro 1 de Lille cette saison

En cette seconde moitié de championnat, nous allons faire le tour des équipes susceptibles de finir sur le podium et de remporter la Ligue 1.
Lille fait partie de ces équipes.

État des lieux
Le constat est là, Lille est en place, et plus que cela, son jeu est un des plus plaisant à suivre. Avec une moyenne de 1,72 buts marqués par match (et une moyenne de 1,92 à domicile), le Losc est l’équipe qui a le plus marqué: 43 buts. La meilleur attaque de la Ligue 1, emmenée par le meilleur buteur du championnat Moussa Sow et ses 17 buts. Cela faisait longtemps que nous n’avions pas eu autant de buts dans notre championnat.
Et si l’équipe sait marquer, (Gervinho tout de même 11 buts), l’équipe sait surtout jouer en équipe. Une équipe qui arriverait presque à effacer les individualités comme le formidable ailier Eden Hasard qui s’est parfaitement fondu dans le groupe. Avec des joueurs d’expériences comme Rio Mavuba ou Encore le défenseur international tricolore Adil Rami, Rudi Garcia peut se targuer d’avoir un des plus beaux effectifs de la Ligue 1.

Des limites à la méthode Garcia ?
La récente élimination de la coupe europa montre les limites du turn-over. Mais ce n’est pas là le plus important.
Lille a du mal, beaucoup de mal face à ses adversaires direct. Si l’on compte Lyon, Rennes et Marseille, les 3 poursuivants, le Losc n’a gagné aucun ses matches. 3 matches nul pour 2 défaites. Un championnat ne se gagne pas que sur les gros matches, mais quand même. Quand on voit que Lille a perdu 2 points sur ses concurrents la semaine dernière, on peut se demander si le match contre l’OM n’est pas déjà capital pour les nordistes.
A ajouter à cela la coupe de France dans laquelle le club est encore engagé et jouera d’ailleurs aujourd’hui même le match Lille Lorient dès ce soir.
Espérons que pour les lillois, le turn-over soit bénéfique et puisse apporter un peu de fraicheur à une équipe qui aura besoin de tout ses éléments forts pour terminer cette saison qui s’annonce des plus passionnante.

Que se passe t-il à Marseille

Pas évident pour l'OM et Gignac

Ne parlons pas de crise, non !
Dès que L’OM traverse une mauvaise passe, c’est une crise, et tout le monde est menacé. Alors, ne jouons pas ce jeu, et essayons plutôt de faire le constat.
Marseille est champion de France en titre. L’enthousiasme suscité par ce double titre (vainqueur de la coupe de la ligue) a pris des dimensions trop importante.
Ca y est, nous avons un nouveau champion qui vous tout écraser sur son passage. Le recrutement de cet été, certes un peu décevant au vu de la non venue de Fabiano par exemple, rassurait quelque peu avec les deux poids lourds de la ligue 1: Gignac et Remy, tout deux internationaux, pour compenser le départ de Niang. Un solide effectif, un banc a faire saliver nombre d’équipe de ligue 1, un entraineur réputé qui a montrer toute son envie et implication. Tout le monde voyait déjà Marseille enchainer les titres à la manière de Lyon ces dernières années. La ligue des champions ? jamais tirage n’aura été si favorable, on se retrouve en 1/8eme.
Mais voilà, le sport ne se joue pas comme cela. Et c’est par ces faits que toute l’actu olympienne se tourne vers l’entraineur.

Et maintenant, le procès Deschamp
Tout le monde attendait de meilleurs résultats, lui même sans doute. Or le jeu tarde à venir. Aussi et déjà, de nombreux observateurs voient en Deschamp un entraineur surcoté.
C’est encore sur le dernier match face à Lens que l’entraineur étonne. Il sort coup sur coup Rémy, Gignac et Valbuena, 3 joueurs plutôt frais puisqu’ils n’avaient pas joué le mercredi qui précédé le match, pour Abriel, Ayew et Brandao
2eme mi temps: 1 – 1… le temps n’est plus trop à la réflexion. Il faut sortir un milieu et jouer bien plus offensif, à domicile pour ramener la victoire. Aussi un presque poste pour poste avec Abriel bien moins offensif que Valbuena peut l’être les questions restent posées. Quel était le plan de Deschamp ?
d’autant plus qu’il n’y a pas de ligue des champions en vue. Pourquoi avoir sorti ces 3 joueurs ?
Faute professionnel ou plan qui n’a pas marché, on ne saura pas vraiment.

Alors, pas de panique, l’OM reste 5eme à 3 points du leader, mais le prochain match Marseille – Bordeaux s’annonce déjà capitale !

341078307c38bafcd6a2c9668654df75}}}}