Category: football européen en direct

Ligue des champions – du lourd en perspective

Qui pour détroner le FC Barcelone en Ligue des Champions ?

La rentrée est bientôt là, le foot reprend ses droits. Tous les supporters du plus populaire des sports sont sur en ébullitions.
Car si le mercato d’été a tenu en haleine les fans de foot qui attendaient avec impatience de connaître le nom du prochain grand attaquant de leur équipe favorite, le nom du joueur de foot le plus cher de la planète, le nom de leur nouvel entraineur, le jeu reprend rapidement ses droits.
Alors que le Calcio n’a pas encore commencé, les plus grands championnats de football sont bel et bien partis. Et quoi attendre de plus que les ligues nationales qui ont commencé ? La ligue des champions bien sûr. La reine de la compétition du football, l’élite des joutes européennes commence elle aussi à son tour.
Si Lyon s’est bien qualifié pour la ligue des champions, tout le monde attend

Encore une victoire.. étriquée

Super match de Evra, malgré une fin mitigée

Pologne 0
France 1

Les buts : Jolodwiec c.s.c (12’) pour la France
résumé du match Pologne France >>

Le dernier test des Bleus pour la saison 2010-11 se déroulait en Pologne, dans un stade Legia de Varsovie qui a quasiment fait le plein. Bien que la prestation tricolore n’ait pas été parfaite les Bleus ont montré une certaine sérénité mais aussi des difficultés devant.

Laurent Blanc a voulu voir ce que donnait un 4-1-4-1 sur le terrain. Et force est de constater que ce dispositif avec Diarra en sentinelle et Valbuena-Martin-Cabaye et N’Zogbia en milieux avancés a donné du fil à retordre au milieu polonais. L’audace de Martin s’est étiolée au fil de la rencontre. N’Zogbia a marqué des point en faisant un match sérieux et en étant le responsable du seul but de la rencontre. Son tir puissant a été détourné par Jolodwiec (12’). Côté Polonais, les jeunes du Borussia Dortmund Lewandowski

La victoire totale du FC Barcelone

Encore du grand Messi pour la finale de la ligue des champions

FC Barcelone 3
Manchester United 1

Les buts : Pedro 27’, Messi 54’, Villa 69’ pour FC Barcelone ; Rooney 34’ pour Manchester United
Résumé du match FC Barcelone Manchester United
>>
Technique

Techniquement les Barcelonais ont clairement été supérieurs. La possession de balle (67%-33%) ne ment pas. Les Red devils ont couru derrière le ballon et n’ont pas su être dangereux sauf sur le but de Rooney, hyperréaliste sur le coup (34’). Ce but légèrement entaché d’un hors-jeu de Giggs lors du une-deux qui l’a précédé, a répondu à celui de Pedro à la 27ème. A défaut d’être aussi

1 but et Porto gagne l’europa league

Hulk très présent mais c'est Falcao qui a marqué le but victorieux

Le but : Falcao 44’ pour le FC Porto
résumé du match Porto Braga

L’Aviva Stadium de Dublin accueille cette finale de Ligue Europa 100% Portugaise entre le FC Porto et le Sporting Braga. En championnat, Porto a maîtrisé Braga 2 fois (3-2 et 0-2) et part donc favori. Mais sur une finale en terrain neutre tout est possible.

La logique valable en championnat est respectée lors des premiers instants de la partie. Toutefois les Arsenalistas de Braga montrent qu’ils ne sont pas venus en victimes et allument une première mèche par Custodio (4’). Hulk réplique en se procurant une première occasion dangereuse (7’). La solidarité de la défense de Braga lui permet de contenir Falcao et Hulk. Ce dernier se fait découper les jambes

Le temps des excuses

Laurent Blanc s'excuse... un moindre mal

On ne peut pas dire que Laurent Blanc coule des jours heureux depuis la révélation de cette fameuse discussion qu’il a eue avec François Blaquart et Eric Mombaerts sur la possibilité de l’instauration de quotas dans les centres de formation. Heureusement pour lui les choses semblent s’arranger, du moins administrativement. Laurent Blanc s’excuse.

On ne peut pas dire que Taïwo fasse le fier après avoir prononcer au micro une phrase très crue à l’encontre du PSG en plein Stade de France. Prononcés dans un micro, les mots ont résonné dans l’enceinte et sont venus aux oreilles des 80 000 spectateurs et aussi à celles des membres du Conseil national de l’Ethique qui l’ont sanctionné de 20 000 euros d’amende et d’un match de suspension. Taïwo s’excuse

On ne peut pas dire que Sergi Busquets fasse le fier non plus, rattrapé qu’il est par des propos injurieux et racistes prononcés à l’encontre du Brésilien Marcelo le 27 avril lors du match Aller de la demi finale de la Ligue des Champions. L’UEFA compte bien mener une enquête et souhaite voir la preuve vidéo collectée par le staff du Réal Madrid. Sergi Busquets s’excusera.

La technologie a une bonne vue, une bonne oreille et une bonne mémoire. Une vidéo, un enregistrement, et les mots reviennent brutalement, aux bons souvenirs de ceux qui les ont prononcés. Vient le temps des « j’accuse » puis le temps des excuses. Vient le temps de la sentence après celui de la repentance. Excuses sincères ou question d’image ?

Manchester retrouve le Barça en finale

manchester united en finale

Manchester United 4
Schalke 04 1
Les buts : Valencia 26’, Gibson 31’, Anderson 72’, 76’ pour Manchester United ; Jurado 35’ pour Schalke 04
résumé du match Manchester Schalke 04 >>

Les hommes de Ferguson forts de leur belle avance de 2 buts (victoire 0-2 à l’aller) reçoivent avec beaucoup de sérénité les coéquipiers de Raul. Dans l’optique du choc de dimanche contre Chelsea, Alex Ferguson a fait souffler quelques « titulaires ».

Mais peut-on vraiment employer les mots « titulaires » et « remplaçant » tant le groupe Mancunien est homogène. L’absence de Vidic et de Ferdinand ne se fait pas sentir derrière. Tranquillement MU gère le score et Schalke 04 cherche la faille. Valencia de son côté en trouve une : superbement lancé par Gibson, il s’en va tromper la vigilance de Neuer (26’). Ce but ne change rien pour les Allemands, toujours obligés de mettre trois buts pour atteindre Wembley. Par contre l’aggravation du score de Gibson sur une tuile de Neuer semble tuer le match (31’). Cependant, c’est bien connu, les équipes Allemandes n’abandonnent pas facilement. Ainsi, après la réduction du score de Jurado (35’), les bleus de Schalke terminent bien la première période bien que Raùl ne voit pas la lumière du jour face à Smalling et Evans.

Le premier quart d’heure est en faveur des joueurs de Rangnick. Les Red devils jouent le contre et le quatuor Berbatov, Nani, Valencia continue de poser problème en exploitant bien les ballons. Anderson monte en puissance dans cette rencontre et rate de peu le 3-1 à la 55ème. Smalling croit faire le break mais est signalé hors-jeu (71’). En quatre minutes Anderson tue définitivement le match. Tout d’abord en concluant une action confuse (72’) et ensuite en faisant honneur au caviar que Berbatov lui offre à la 76ème. Hors du coup, les Allemands de Schalke veulent quand même sauver l’honneur dans le dernier quart d’heure et croient y arriver à la 82ème. Mais le but du Brésilien Edu est refusé pour cause de hors-jeu. Plus rien ne sera marquer en fin de match vu le sérieux et l’application qu’affichent les Red devils en défense.

La finale du 28 mai opposera bien Manchester United et Barcelone comme il y a 2 ans. On s’y attendait un peu tant ces 2 équipes ont remarquablement négociées leurs demi-finales aller.

Le Borussia Dortmund triomphe

Borussia Dortmund et leur nouvelle pépite Sahin

C’est fait ! Le Borussia Dortmund est champion d’Allemagne grâce à sa victoire 2-0 sur Nuremberg et la défaite de Leverkusen 2-0 à Cologne. Neuf ans que le club de la Rurh attendait un nouveau sacre.

Ils étaient crispés en début de match les jaunes et noirs. En effet l’enjeu était de taille pour cette jeune équipe (23 ans de moyenne d’âge). Face à son public du Signal Iduna Park et à une équipe de Nuremberg qui exerçait un pressing bien coordonné, le Borussia Dortmund a ouvert le score par Barrios (32’). Comme un symbole elle arrive à la suite d’une action désordonnée, comme le jeu pratiqué par les joueurs de Dortmund jusqu’à ce but. Ensuite ce fut la libération tant pour les spectateurs que pour les partenaires de Sahin et de Kagawa grands absents du match et grands artisans de cette conquête du titre. Quelques instant plus tard c’est Lewandowski qui faisait le break grâce à un lob victorieux sur Schäfer (43’). S’ensuivit une deuxième période qui s’est déroulée sans encombre. Nuremberg s’enfonçait et ne paraissait pas en mesure de faire un quelconque Come-back tandis qu’à Cologne s’est Leverkusen qui s’enfondrait et encaissait 2 buts en seconde période.

Le Borussia Dortmund décroche donc son septième titre de Bundesliga. Avec une défense solide (19 buts encaissés), une capacité à s’imposer loin de ses bases (11 victoires à l’extérieurs), de bons résultats face à leurs rivaux directs, un jeu solidaire et offensif, il ne fait aucun doute que c’est un beau champion. C’est aussi une belle revanche pour ce club qui, il y a tout juste 6 ans, croulait sous les dettes et était au bord de la faillite.

La belle saison de Raul

Raul où la renaissance d'un buteur à Schalke 04

Avec son nouveau club Raùl a réalisé une belle saison à titre personnelle bien que Schalke 04 ait traversé une saison quelque peu mouvementée. Retour sur l’étonnante renaissance de l’ex-Madrilène.

Des débuts difficiles

En Allemagne il ne fait pas un temps à mettre un Espagnol dehors. Raùl s’en est vite aperçu lorsqu’il a débarqué à Gelsenkirchen. Un peu dépaysé à son arrivé, celui qui a vécu toute sa vie à Madrid, retrouve vite ses marques et le chemin des filets dès son deuxième match avec ses nouveaux partenaires en match amical contre le Bayern (un but, une passe décisive). Bien qu’ayant un jeu inspiré en début de saison, il manque souvent de réussite dans le dernier geste ou la dernière passe. Il faut attendre la 6ème journée et un match contre Mönchengladbach pour le voir inscrire son premier but en match officiel.

Le héros de Schalke 04

Depuis Octobre 2010, Raùl enchaine les bonnes performances et en est à 22 buts marqués toutes compétitions confondues. Parmi ses meilleurs faits d’armes on notera son triplé en Bundesliga face au Werder lors de la 13ème journée de Bundesliga, le but de la qualification pour la finale de la Coupe d’Allemagne face au Bayern et bien sûr ses deux excellents matchs lors de la double confrontation contre l’Inter. Assurément Raùl a belle et bien sauvé la saison de Schalke 04. Après un début de saison très délicat, les fans du club de Gelsenkirchen étaient loin de s’imaginer que leurs protégés iraient si loin en Ligue des Champions. C’était sans compter sur la force de caractère de Raùl qui prouve qu’à 33 ans, il est loin d’être fini.

Naples renoue avec son passé

Edinson Cavani serial buteur du SSC Napoli

A Naples il y a désormais 2 volcans. Le terrible Vésuve et le Stade San Paolo. Mais depuis septembre 2010, le deuxième est plus en activité que son voisin endormi. Car cette saison Naples réalise des performances tellement étonnantes que l’enceinte de San Paolo est de nouveau en ébullition comme à la grande époque où Maradona évoluait au Napoli. Le fait d’être 2nd avec 3 points de retard sur le Milan AC au bout de 32 journées de Serie A, n’est certainement pas dû au hasard. Explications du phénomène.

Le Napoli c’est…

Le Napoli c’est une continuité. En effet le club a terminé 6ème de l’édition précédente du Calcio.
Le Napoli c’est une attaque de feu. Lavezzi, un peu seul l’an passé a trouvé un partenaire de poids en la personne de Cavani, fraichement débarqué de Palerme. Littéralement transfiguré depuis ce début de saison, l’Uruguayen enchaine les buts et se positionne 2nd au classement des buteurs de Serie A. Hamsik complète ce trio très malicieux, empreint de créativité, de complicité et de technique qui donne du fil à retordre à pas mal de défenses.

Le Napoli c’est un jeu en 3-4-3 très porté sur l’exploitation des ailes et l’offensive, avec un trio d’attaque qui permute énormément. Bien que Mazzari ait adopté la défense à 3, l’arrière garde tient bon et se classe 3ème au classement des meilleures défenses du Calcio.

Le Napoli c’est enfin 65 000 tifosi déchainés à San Paolo et une grande attente qui oblige le club a viser le titre, un titre insaisissable depuis 1989 pour ce club qui s’était éteint après le départ de Maradona et qui explose à nouveau faisant trembler ses grands Rivaux du Nord, le Milan AC en tête.

le Real Madrid s’est ouvert la voie des 1/2 finales

Emmanuel Adebayor royal avec le Real Madrid

Les buts : Adebayor 4’, 57, Di Maria 72’, C. Ronaldo 87’ pour le Réal Madrid
Résumé du match Real Madrid Tottenham >>

Tottenham se rend au Santiago Bernabeu pour réaliser l’exploit ou essayer de limiter la casse avant le match retour à domicile. Le Réal de Madrid dispute son 1er ¼ de finale depuis 7 ans et ne compte pas s’arrêter à ce stade de la compétition.

Les Spurs limitent la casse

Pour les Londoniens la soirée commence bien mal. Dominés dès l’entame du match ils encaissent un premier but par une tête d’Adebayor (4’). Et comme un malheur n’arrive jamais seul, ils perdent un élément par l’expulsion de Peter Crouch (15’). Dans un match où la nervosité et les mauvais coups règnent l’arbitre, M. Brych, se montre sévère et distribue les cartons. Les Madrilènes dominent largement les débats et Adebayor est à un cheveu du doublé (32’). Cependant lui et ses coéquipiers commencent à être inquiétés par les rushs rapides de Garrett Bale alors que de l’autre côté du terrain c’est plutôt Marcelo qui inquiète les Spurs. La mi-temps se termine à 1-0.

Les Spurs à la casse

C. Ronaldo semble connaître un manque de réussite et sa frappe qui frôle le montant à 49ème minute en est le symbole. Peu après, son coéquipier Adebayor enfonce le clou à la 57ème minute, sur un service de l’excellent Marcelo. A 2-0 les hommes de Mourinho commencent à s’amuser avec le ballon. Arrogance ou libération ? Toujours est-il que leur jeu s’illumine et permet à Adebayor de mettre à contribution le talent de Gomez le portier des Spurs (66’). Talent qui ne servira à rien lorsque Di maria décide de retirer la toile d’araignée dans sa lucarne par un splendide tir croisé de 20 m (72’). Après de multiples bombardements sur la cage de Gomez, C. Ronaldo clos la marque par une reprise de volée (87’).

Les Londoniens, tout de noir vêtus, ont passé une bien triste soirée. Avec ce 4-0 la qualification est devenue mission impossible. Le Réal Madrid se dirige tout droit vers les demi-finales où ils affronteront le vainqueur de la double confrontation entre le Shakhtar Donetsk et le FC Barcelone…

083a1fb6abb2cbec9cf7ecd2d3e28efaTTTTTTTTTTTTTT