Monthly Archives: mai 2011

Le Rocher est tombé à l’eau

Stéphane Ruffier amer de cette descente en Ligue 2

La fin d’une lente agonie

L’AS Monaco en Ligue 2 ! Pas possible ! Et pourtant si, car il ne suffit pas d’être un grand nom du football français sur le papier pour rester en Ligue 1. C’est chaque semaine qu’il faut faire valoir son statut. La défaite de Monaco est une surprise sans en être une, car depuis le début de la saison l’ASM filait déjà un mauvais coton. En début Novembre, le club de la principauté enregistrait 1 victoire en 11 matchs de championnat.

En fait çà ne fait pas 7 mois que l’AS Monaco a commencé à perdre des

La victoire totale du FC Barcelone

Encore du grand Messi pour la finale de la ligue des champions

FC Barcelone 3
Manchester United 1

Les buts : Pedro 27’, Messi 54’, Villa 69’ pour FC Barcelone ; Rooney 34’ pour Manchester United
Résumé du match FC Barcelone Manchester United
>>
Technique

Techniquement les Barcelonais ont clairement été supérieurs. La possession de balle (67%-33%) ne ment pas. Les Red devils ont couru derrière le ballon et n’ont pas su être dangereux sauf sur le but de Rooney, hyperréaliste sur le coup (34’). Ce but légèrement entaché d’un hors-jeu de Giggs lors du une-deux qui l’a précédé, a répondu à celui de Pedro à la 27ème. A défaut d’être aussi

Les mauvais élèves

Un des syndromes du mauvais élève se caractérise par une montée de stress à la fin du mois de Mai. Le spectre du conseil de classe et des examens occupe les pensées. Mais il y a deux sortes de mauvais élèves. Ceux qui savent se sauver dans l’urgence et ceux qui n’y parviennent pas. Au football c’est pareil.

Le stress c’est ce qu’ont connu les joueurs de Wolfsburg champion d’Allemagne en 2009. Hé oui ! Ils ont eu très chaud il y a une semaine car à l’heure de jeu les résultats de Francfort et de Mönchengladbach les envoyaient droit en

1 but et Porto gagne l’europa league

Hulk très présent mais c'est Falcao qui a marqué le but victorieux

Le but : Falcao 44’ pour le FC Porto
résumé du match Porto Braga

L’Aviva Stadium de Dublin accueille cette finale de Ligue Europa 100% Portugaise entre le FC Porto et le Sporting Braga. En championnat, Porto a maîtrisé Braga 2 fois (3-2 et 0-2) et part donc favori. Mais sur une finale en terrain neutre tout est possible.

La logique valable en championnat est respectée lors des premiers instants de la partie. Toutefois les Arsenalistas de Braga montrent qu’ils ne sont pas venus en victimes et allument une première mèche par Custodio (4’). Hulk réplique en se procurant une première occasion dangereuse (7’). La solidarité de la défense de Braga lui permet de contenir Falcao et Hulk. Ce dernier se fait découper les jambes

Le temps des excuses

Laurent Blanc s'excuse... un moindre mal

On ne peut pas dire que Laurent Blanc coule des jours heureux depuis la révélation de cette fameuse discussion qu’il a eue avec François Blaquart et Eric Mombaerts sur la possibilité de l’instauration de quotas dans les centres de formation. Heureusement pour lui les choses semblent s’arranger, du moins administrativement. Laurent Blanc s’excuse.

On ne peut pas dire que Taïwo fasse le fier après avoir prononcer au micro une phrase très crue à l’encontre du PSG en plein Stade de France. Prononcés dans un micro, les mots ont résonné dans l’enceinte et sont venus aux oreilles des 80 000 spectateurs et aussi à celles des membres du Conseil national de l’Ethique qui l’ont sanctionné de 20 000 euros d’amende et d’un match de suspension. Taïwo s’excuse

On ne peut pas dire que Sergi Busquets fasse le fier non plus, rattrapé qu’il est par des propos injurieux et racistes prononcés à l’encontre du Brésilien Marcelo le 27 avril lors du match Aller de la demi finale de la Ligue des Champions. L’UEFA compte bien mener une enquête et souhaite voir la preuve vidéo collectée par le staff du Réal Madrid. Sergi Busquets s’excusera.

La technologie a une bonne vue, une bonne oreille et une bonne mémoire. Une vidéo, un enregistrement, et les mots reviennent brutalement, aux bons souvenirs de ceux qui les ont prononcés. Vient le temps des « j’accuse » puis le temps des excuses. Vient le temps de la sentence après celui de la repentance. Excuses sincères ou question d’image ?

Lyon prend le dessus sur Marseille

Très opportuniste Cris donne l'avantage aux lyonnais

Les buts : Lisandro 25’, Delgado 69’, Cris 84’ pour l’Olympique Lyonnais ; Lucho Gonzalez 70’, Rémy 78’ pour l’Olympique de Marseille.
Résumé du match Lyon Marseille

La fin de la saison est proche, donc l’enjeu est important pour ses 2 équipes de haut de tableau. C’est pourquoi la tension se lit sur les visages des joueurs à l’entame de l’affrontement. Après quelques assauts des Gones, les Marseillais inscrivent un but… refusé pour cause de main… imaginaire (12’). Toujours est-il que les acteurs font honneur à cette affiche et se jettent à corps perdus dans la bataille. Pjanic rate de peu le cadre face à un Mandanda archi-battu (16’). Ce n’est que partie remise. Premier fait d’arme, Lisandro victime d’un contact irrégulier dans la surface se venge et crucifie le portier Marseillais (25’). Un but refusé suivi d’un but encaissé, les Marseillais semblent maudits. A croire que les dieux de l’Olympique ont choisi leurs camps. Le lutin Valbuena envoie un boulet de canon, mais Lloris réalise une parade épique (35’) suivie d’une autre toute aussi salvatrice, devant Ayew (42’), lors des derniers instants mouvementés de cette première période.

Comme le dernier quart d’heure de la première mi-temps, le premier quart d’heure de la seconde est Marseillais. Taïwo profite de cette domination pour sortir de sa cuisse de gladiateur une frappe puissante à bout portant mais Lloris couvre bien l’angle (55’). Occupant un rôle ingrat sur le front de l’attaque Rhodanienne, Gomis laisse sa place à Briand à la 64ème minute. Quelques instants plus tard, César surchauffe l’arène après un malicieux enchainement double crochets-frappe, qui ridiculise Fanni et laisse impuissant Mandanda. Lucho refroidit immédiatement l’ambiance en réduisant le score (69’). Après une divine parade de Lloris (78’), c’est Rémy qui est récompensé de son excellent match en égalisant de manière opportuniste sur le corner suivant (78’). Mais peu de temps après, Cris redonne définitivement l’avantage aux siens (84’).

Cette victoire est capitale pour les Lyonnais. Ils reviennent à 3 longueurs de leurs adversaires du soir au classement. A eux de bien négocier les 4 derniers matchs, tout comme les Lillois qui, avec cette défaite de l’OM, commencent à apercevoir les contours du Graal…

Manchester retrouve le Barça en finale

manchester united en finale

Manchester United 4
Schalke 04 1
Les buts : Valencia 26’, Gibson 31’, Anderson 72’, 76’ pour Manchester United ; Jurado 35’ pour Schalke 04
résumé du match Manchester Schalke 04 >>

Les hommes de Ferguson forts de leur belle avance de 2 buts (victoire 0-2 à l’aller) reçoivent avec beaucoup de sérénité les coéquipiers de Raul. Dans l’optique du choc de dimanche contre Chelsea, Alex Ferguson a fait souffler quelques « titulaires ».

Mais peut-on vraiment employer les mots « titulaires » et « remplaçant » tant le groupe Mancunien est homogène. L’absence de Vidic et de Ferdinand ne se fait pas sentir derrière. Tranquillement MU gère le score et Schalke 04 cherche la faille. Valencia de son côté en trouve une : superbement lancé par Gibson, il s’en va tromper la vigilance de Neuer (26’). Ce but ne change rien pour les Allemands, toujours obligés de mettre trois buts pour atteindre Wembley. Par contre l’aggravation du score de Gibson sur une tuile de Neuer semble tuer le match (31’). Cependant, c’est bien connu, les équipes Allemandes n’abandonnent pas facilement. Ainsi, après la réduction du score de Jurado (35’), les bleus de Schalke terminent bien la première période bien que Raùl ne voit pas la lumière du jour face à Smalling et Evans.

Le premier quart d’heure est en faveur des joueurs de Rangnick. Les Red devils jouent le contre et le quatuor Berbatov, Nani, Valencia continue de poser problème en exploitant bien les ballons. Anderson monte en puissance dans cette rencontre et rate de peu le 3-1 à la 55ème. Smalling croit faire le break mais est signalé hors-jeu (71’). En quatre minutes Anderson tue définitivement le match. Tout d’abord en concluant une action confuse (72’) et ensuite en faisant honneur au caviar que Berbatov lui offre à la 76ème. Hors du coup, les Allemands de Schalke veulent quand même sauver l’honneur dans le dernier quart d’heure et croient y arriver à la 82ème. Mais le but du Brésilien Edu est refusé pour cause de hors-jeu. Plus rien ne sera marquer en fin de match vu le sérieux et l’application qu’affichent les Red devils en défense.

La finale du 28 mai opposera bien Manchester United et Barcelone comme il y a 2 ans. On s’y attendait un peu tant ces 2 équipes ont remarquablement négociées leurs demi-finales aller.

Le Borussia Dortmund triomphe

Borussia Dortmund et leur nouvelle pépite Sahin

C’est fait ! Le Borussia Dortmund est champion d’Allemagne grâce à sa victoire 2-0 sur Nuremberg et la défaite de Leverkusen 2-0 à Cologne. Neuf ans que le club de la Rurh attendait un nouveau sacre.

Ils étaient crispés en début de match les jaunes et noirs. En effet l’enjeu était de taille pour cette jeune équipe (23 ans de moyenne d’âge). Face à son public du Signal Iduna Park et à une équipe de Nuremberg qui exerçait un pressing bien coordonné, le Borussia Dortmund a ouvert le score par Barrios (32’). Comme un symbole elle arrive à la suite d’une action désordonnée, comme le jeu pratiqué par les joueurs de Dortmund jusqu’à ce but. Ensuite ce fut la libération tant pour les spectateurs que pour les partenaires de Sahin et de Kagawa grands absents du match et grands artisans de cette conquête du titre. Quelques instant plus tard c’est Lewandowski qui faisait le break grâce à un lob victorieux sur Schäfer (43’). S’ensuivit une deuxième période qui s’est déroulée sans encombre. Nuremberg s’enfonçait et ne paraissait pas en mesure de faire un quelconque Come-back tandis qu’à Cologne s’est Leverkusen qui s’enfondrait et encaissait 2 buts en seconde période.

Le Borussia Dortmund décroche donc son septième titre de Bundesliga. Avec une défense solide (19 buts encaissés), une capacité à s’imposer loin de ses bases (11 victoires à l’extérieurs), de bons résultats face à leurs rivaux directs, un jeu solidaire et offensif, il ne fait aucun doute que c’est un beau champion. C’est aussi une belle revanche pour ce club qui, il y a tout juste 6 ans, croulait sous les dettes et était au bord de la faillite.

34b403e3092352a31b3113b5c38f570a+++++++++++++++++++++++++++++